L’intérêt et l’importance d’une isolation phonique sont presque les mêmes que pour une isolation thermique en matière d’habitation. En effet, une mauvaise isolation phonique ne pourra offrir le confort nécessaire pour le bien-être des occupants. Cela est valable pour un logement ancien et pour une nouvelle construction. Une isolation phonique renforcée fournirait la quiétude tant attendue d’un intérieur douillet.

Mieux comprendre l’isolation phonique

L’isolation phonique est comprise comme étant l’isolation acoustique ou l’insonorisation. C’est l’ensemble des méthodes qui permet de réduire ou de supprimer l’émission des bruits provenant de l’extérieur dans une maison. Il peut également s’agir de bruits intérieurs entre les diverses pièces d’une habitation.

Les bruits à réduire ou à supprimer sont classés en 3 catégories principales à savoir :

  • les bruits aériens venant de l’intérieur ou de l’extérieur et qui passent dans les entrebâillements des portes, fenêtres, coffres des volets roulants ;
  • les bruits d’impacts ou bruits solidiens venant de l’extérieur de la pièce ou de la maison ; ils se propagent par la structure même de la maison, comme la chute d’objets ou le passage du métro ;
  • les bruits d‘équipements qui regroupent l’ensemble des bruits d’usage des équipements d’une habitation ; il peut s’agir de la chaudière, ventilation ou tuyaux d’eau.

Conseils et astuces pour renforcer son isolation phonique

Il faut le reconnaître que seul l’isolant ne suffira pas pour arrêter efficacement les sons, aussi efficace soit-il. Alors, des conseils sont proposés pour arrêter au mieux ces bruits. En effet, il se peut que tous les occupants en aient assez d’entendre les voisins d’à côté, du dessus et même du dessous. Il est possible de profiter de la réalisation des travaux d’isolation thermique pour y remédier. C’est l’occasion rêvée pour isoler acoustiquement l’habitation. Pour cela, il faut savoir bien identifier la nature des bruits. Il faut également connaître l’origine du bruit. Cela permettra de savoir quelles parois de la maison isoler. Il peut s’agir des murs, planchers ou combles. Ensuite, la démarche consiste à déterminer l’intensité du bruit. Cela permettra d’évaluer le gain d’isolement à apporter pour choisir le meilleur isolant phonique. La mesure pourrait être confiée à un entrepreneur en bâtiment ou un acousticien.

Après tout cela, il est possible de procéder à l’identification de la nature de parois à isoler. Cela permettra également de faire le choix approprié de l’isolant à appliquer. Il s’agit surtout d’éradiquer les ponts thermiques. Il est bon de savoir que le calme est évalué aux alentours de 30 dB. Ainsi, le bruit mineur se trouve entre 30 et 50 dB. À partir de 70 dB, le seuil du très bruyant est dépassé. Enfin, dans tous travaux d’amélioration de l’isolation acoustique d’une habitation, il ne faut pas oublier le côté gain. Il s’agit évidemment de la réduction des bruits. Toutefois, il faut également veiller à réaliser des économies d’énergie. Ainsi, il faut surtout éviter au respect de l’étanchéité à l’air.

Laisser une réponse